Q u i m p e r l é - N a r a

Q u i m p e r l é    -         N a r a

La coopération par l'eau

A l'origine

 

 

A Nara la saison des pluies ne dure qu'environ deux mois et permet uniquement de recharger les mares où viennent s'abreuver les animaux et s'approvisionner les maraîchers. Pendant le reste de l'année, les habitants de la commune utilisent les puits traditionnels pour leur consommation. Or les ressources naroises sont essentiellement issues de l'agriculture vivrière et de l'élevage qui sont très dépendants de la pluviométrie. La situation de la commune reste donc très précaire. En effet en fin de saison sèche, les puits traditionnels sont souvent taris.



Le pays de Quimperlé a donc décidé d'exprimer sa solidarité grâce à la loi Oudin sur la coopération décentralisée. Depuis 2005, cette loi autorise les communes, les établissements publics, les syndicats mixtes de distribution d'eau potable et d'assainissement français à consacrer jusqu'à 1% de leurs ressources à des projets de coopération dans les domaines de l'eau et de l'assainissement. Ainsi, les syndicats de Quimperlé, Mellac, Le Trévoux ont annoncé à Bakary Mangassouba, Maire de Nara lors de sa visite à Quimperlé en juillet 2006, leur volonté d'apporter leurs concours à la ville de Nara.



Michel Forget, alors Adjoint au Maire de Quimperlé à l'urbanisme et à l'environnement et Christian Daniel, responsable du service eau de la ville de Quimperlé se sont joints à la délégation quimperloise pour se rendre compte sur place de la situation, connaître les acteurs de la problématique de l'eau potable, évaluer la volonté des partenaires Maliens et envisager une programmation des actions de coopération. Visite des villages et rencontre avec les autorités traditionnelles, visite de la station de pompage de traitement d'eau, exploration du réseau d'adduction et de distribution d'eau dans la ville, réunion de travail avec les élus, avec l'association des usagers de l'eau potable, rencontre avec le médecin de l'hôpital, se sont succédées pendant une semaine.



Le contrat d'audit a été signé en octobre 2006, avant le départ de la délégation, avec un opérateur de Bamako, le CSPEEDA, associé à des représentants de la direction nationale de l'hydraulique.



22/03/2007
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi